test
<< Agrandir le document >>
Bioscope en l'an 1900
description
Cinéma ambulant
 
Pour exercer le métier de projectionniste ambulant, il faut exceller dans plusieurs activités : savoir acheter les films, être capable de faire fonctionner et d’entretenir son propre projecteur, son écran et sa source lumineuse (au gaz ou à l’électricité). Avant que les films ne soient présentés dans les cinémas, des projectionnistes se rendaient de village en petite ville, et parcouraient les foires et les expositions en plein air. A l’image du cirque ou des spectacles musicaux qui se déplacent de ville en ville, certains ambulants voyagent en auto, d’autres en voiture tirée par un cheval. D’autres encore arrivent en train et s’installent tout l’été dans des parcs de loisir, comme le parc Sohmer de Montréal où va commencer Léo-Ernest Ouimet. Ils doivent eux-mêmes assurer la publicité de leur spectacle et bonimenter les films au besoin. Ils sont plutôt actifs à la belle saison et suivent un circuit qui les mène dans les mêmes villes une ou deux fois par année. Le cinéma ambulant marque ainsi les quinze premières années du cinéma.
Avec le développement des salles de cinéma permanentes, le cinéma ambulant connaît un certain recul. Dans les villes où de telles salles existent, le projectionniste itinérant peine à attirer des spectateurs. Les agglomérations de moindre importance vont alors devenir ses lieux de prédilection. Les distractions étant rares, la population est toujours heureuse d’accueillir une animation de passage dans la salle paroissiale, l’hôtel local ou la salle communautaire. Tout le monde apprécie ces visites épisodiques au cours desquelles on peut voir aussi bien une comédie qu’un film éducatif ou un travelogue publicitaire de Ford. Les programmes sont en effet toujours composés de courts et moyens métrages. Cependant, parce qu’ils ont rarement recours à la publicité, les ambulants ont laissé peu de traces. Seuls quelques-uns sont connus, dont, dans la région de Montréal, Wilfrid Picard et, dans l’Estrie, William Shaw. A noter : quelques Américains inscrivent aussi le Québec à leur itinéraire.